lundi 12 novembre 2018

Des éleveurs Burkinabés en visite dans l’Aude

Dans le cadre d’un projet coopératif porté par la Chambre d’Agriculture de l’Aude, l’AFDI et la FODEL, un groupe d’éleveurs Burkinabés est venu pour un voyage d’études à la rencontre des éleveurs Audois du 21 octobre au 3 novembre pour découvrir les façons de faire et de transformer les produits de l’élevage. 

 



Hébergé dans un premier temps à La Forge à Quillan le petit groupe a sillonné la Haute Vallée de l’Aude pendant une semaine pour visiter plusieurs d’exploitations et bénéficier d’une vision des plus complètes sur la filière :
  • Le GAEC de la Borde pour son élevage ovin et son atelier de transformation fromagère
  • Le GAEC des Aouzines un bel exemple de diversification des activités réussies
  • L’élevage caprin de Solange Blachère à Rodome et son atelier de transformation fromagère 

Au programme aussi la visite de l’abattoir de Quillan pour se former sur les méthodes et les protocoles de transformation en application en France en termes de découpe et de conditionnement de la viande.

En point d’orgue de cette première semaine, nos éleveurs Burkinabés se sont rendus à la foire d’Espezel. Une première semaine émaillée de belles rencontres et d’échanges enrichissants pour chacun.

La deuxième partie de leur séjour s’est déroulé à Carcassonne où nos Burkinabés ont été hébergés à Notre Dame de l’Abbaye dans le quartier de la Trivalle. Là encore un programme chargé pour partir à la découverte des possibilités multiples de valoriser les produits de l’élevage
  • La ferme du Bosc et ses brebis dont le lait est transformé en glace. Une occasion aussi de découvrir la technique du semi direct
  • La ferme de Berengou et son atelier de volailles qui transforme à la ferme et pratique la vente directe.
  • La ferme Le Villemagnol pour son élevage porcin et ovin et son atelier de transformation (viandes et charcuterie)
  • La ferme Moundy qui produit sur place des yaourts au lait de vache. 
 Leur séjour à Carcassonne, fut une belle occasion pour quelques formateurs et stagiaires du CFPPA des Pays d’Aude de partager expériences et convivialité autour d’un repas en mode Auberge Espagnole. Entre plats faits maison et spécialités locales, chacun s’est régalé et les échanges ont fusé !





Luc et Marie-Ange, futurs exploitants agricoles apprenants en BPREA ont été particulièrement touchés par les difficultés rencontrés par les éleveurs Burkinabés. L’isolement tout d’abord car dans ce grand pays qu’est le Burkina Faso les exploitants sont éloignés les uns des autres de plusieurs centaines de kilomètres. Le manque de moyens matériels ne permet pas aux agriculteurs de se doter d’un atelier de transformation. On transforme le plus souvent au sein de coopérative et les fromages frais produits à la ferme sont généralement destinés à l’autoconsommation. Enfin si 90 % de la population est agricole, la majorité des parcelles appartiennent au gouvernement qui préfère réserver ces terres à la production de coton plus lucrative.

En dépit du froid automnal, les éleveurs Burkinabés ont été étonnés et très touchés par l’accueil chaleureux dont chacun a fait preuve. Ils ont été surpris par les différents types de valorisation des produits de l’élevage et ont apprécié la gastronomie régionale. Ils sont repartis enchantés par leur séjour et nous attendent de pied ferme pour nous rendre la pareille en termes de découverte et d’accueil. Un beau projet qui va suivre son court.

Une belle rencontre humaine riche d’enseignement pour chacun d’entre nous !

A bientôt au Burkina Faso !

samedi 27 octobre 2018

Après la pluie vient le beau temps !

Une fois pansé les plaies de Charlemagne dues aux pluies diluviennes qui ont dévasté le département, notre centre de formation fort lié au monde professionnel n’est pas resté insensible à la détresse des exploitants agricoles touchés par les inondations. 

C’est donc tout naturellement que la direction et les formateurs ont décidé d’organiser des chantiers de solidarité pour aider à remettre en état les parcelles agricoles malmenées par les eaux.
Encadrés par leurs formateurs, nos stagiaires du CAPA horticulture et du BPREA ont chaussé leurs bottes pour prêter main forte aux exploitants submergés par l’ampleur des dégâts.

Entre Pennautier et Villegailhenc, le Jardin de L’Hortus Alma

Les CAPA en Horticulture sont partis avec leur motivation et leur bonne humeur habituelles soulager Florie BELLES qui a vu ses rangées de légumes balayées par le ruisseau qui borde sa parcelle. Plusieurs missions leur ont été confiées. Il a fallu récupérer les rondins structurant le potager qui s’étaient retrouvés en bas de la vigne voisine, remonter les arceaux des serres en haut de la parcelle et enfin arracher les pieds de tomates couchés par les flots pour récupérer le système de goutte à goutte et les piquets de soutien.






Tout le monde a mis du cœur à l’ouvrage si bien qu’en quelques heures le travail été terminé. Bien sûr il reste fort à faire à Florie BELLES pour voir à nouveau poindre choux, poireaux et carottes dans les sillons mais c’est avec un sourire retrouvé qu’elle a remercié nos futurs ouvriers horticoles pour avoir fait en une matinée l’équivalent d’une semaine de travail intensif.



L’après-midi le groupe s’est divisé en deux, les uns pour aider Muriel VAYRE à remettre en état son exploitation maraîchère à deux pas du Lycée Charlemagne, les autres sont allés proposer bonne humeur, pelles et balais aux habitants de Villegailhenc.





Les Ares vert à Montolieu

Chez Bernard et Laurence BONNIN, le cours d'eau est sorti de son lit au niveau du village et a filé tout droit, en passant à quelques mètres de leur habitation et emportant tout sur son passage.



Plusieurs rangées de pommiers ont été littéralement déracinées et emportées témoignant de la violence de la crue.

Les stagiaires du BPREA et leurs formateurs se sont donc rendus à Montolieu pour aider à enlever toutes les branches qui sont restées coincées au pied de chaque arbre, et au niveau des premières branches car l'eau est montée jusqu'à 1,50 m de haut.

Avec entrain nos futurs agriculteurs ont trié tous ces branchages. Le gros bois a été déplacé en bout de rangée puis chargé dans les remorques, le petit bois a été laissé sur place pour être broyé. Enfin, les déchets plastiques charriés par les flots ont été mis à la benne.

Un peu plus loin, la rivière est également montée de son lit arrachant 3 rangées supplémentaires et laissant des tonnes de bois et de déchets de tout ordre qui ont commencé à être enlevés.



Un chantier colossal, car tout est imbriqué: fils de fer utilisés pour le palissage des arbres, système d'irrigation et branchages...

Pour remercier nos stagiaires pour leur efficacité et leur générosité leurs hôtes ont offert un excellent repas (tartes, salades...)


Pour tous ce fut une journée éprouvante de labeur dans l’eau et la boue mais aussi dans les cœurs de chacun la satisfaction d’avoir su redonner le sourire à bien du monde.

vendredi 26 octobre 2018

Un élan de solidarité pour Charlemagne



Dans la nuit du 14 au 15 octobre, un torrent de boue a traversé Charlemagne emportant sur son passage la lingerie, l’infirmerie, inondant d’une eau marron et sale les couloirs du bâtiment G et le CDI, creusant sillon et crevasses dans le parc, soulevant le bitume à l’entrée des serres. Le spectacle au lever du jour était triste et dans les mémoires des premiers volontaires, le souvenir de 1999 revenait en surface.

Les serres Charlemagne...

Et puis, petit à petit, chacun a trouvé de l’énergie, a saisi une raclette, un jet d’eau, une éponge pour que les locaux de Charlemagne retrouvent un visage normal et apaisé. De nouveaux bras se sont joints au mouvement, ceux d’enseignants, de personnels administratifs et techniques et même de retraités. Une équipe mise à disposition par la Région est arrivée sous les acclamations munie de la pompe à eau qui manquait. Le mardi, les cuisines ont été ouvertes pour offrir un repas aux volontaires. Entre temps, le CDI était à nouveau propre et accueillant, délesté certes d’ouvrages et d’ordinateurs noyés par la boue.
Pour masquer la tristesse de jeter dans la benne le contenu intégral de l’infirmerie, celui de bureaux dont les meubles avaient été enchevêtrés par la force de l’eau, et de toutes sortes de choses trouvées dans les couloirs et les locaux, pour gommer même cette tristesse, les rires fusaient entre deux inquiétudes pour les collègues dont nous n’avions pas de nouvelles, pour ceux aussi que nous savions sinistrés.
Au bout de deux jours, nous pouvions mesurer la force de la solidarité qui, en se serrant les coudes, avait réussi à amoindrir les manifestations dévastatrices d’une nature en furie.
CDI avant nettoyage
CDI après nettoyage

jeudi 4 octobre 2018

Atelier Pédagogique restaurant "Le Trenel"


Pour la venue d’Alternatiba, le Restaurant du Trenel et son équipe se sont pleinement investis dans le projet en accueillant les volontaires du CAPA Horti dans leurs locaux pour cuisiner les produits frais issus de l’agriculture biologique.


Le défi était de préparer un repas  pour 65 personnes et de valoriser le « zéro déchet ».
Frédéric BONHOMME, le chef de cuisine, a tout de suite adhéré au projet et nous a proposé un menu végétarien complet servi dans des plateaux compostables avec des couverts en bambous.

Au menu :

·           - Accras de légumes en entrée
·           - Galette de Butternut, accompagnée de riz rouge, pour le plat,
·           -  Et un succulent financier noisettes / figues en guise de dessert gourmand

 L’ensemble des participants jusqu’au « végé-sceptique » étaient ravis de ce menu et le concept de plateaux repas compostables a séduit toutes les convives.

Cette expérience nous a permis de transformer et associer les différents produits que nous faisons normalement pousser afin de les valoriser et en faire un repas gouteux et inhabituel. 


Depuis 1991, la volonté du restaurant Le Trenel est d’accompagner un public éloigné de l’emploi et de construire un projet de développement fondé sur  les valeurs de l’économie sociale et solidaire. 
Le restaurant de Frédéric BONHOMMME accueille d'ailleurs bien souvent des stagiaires  issus des dispositifs d'insertion professionnelle CAP Avenir et CAP métiers du CFPPA des Pays d'Aude lorsque ces derniers souhaitent s'orienter vers les métiers de la restauration.

Le Trenel propose chaque jour des plats préparés vendus dans sa boutique Place Davilla à Carcassonne. Une délicieuse cuisine dépaysante, faite avec le cœur à gouter absolument !

                                                                                                                CAPA Horti 2018

mardi 2 octobre 2018

Alternatiba 2018 : Merci à tous pour votre engagement à nos côtés


   Nous tenons à remercier sincèrement tous nos partenaires qui ont rendu possible notre événement en faveur du « Tour ALTERNATIBA 2018 » qui a eu lieu le 26/09/2018 sur le site du lycée Charlemagne.

Un grand Merci à tous ceux, sans qui le village des Alternatives n’aurait pu voir le jour et accueillir les courageux pédaleurs du Tour 2018 : La société COVALDEM, L’association Terre Solidaire, l’association « Graines de Paysans », La communauté d’agglo, l’association « La Rûche qui dit oui », Carca-Velo et Biclou, Les petits Débrouillards, Lena, Merci encore au traiteur associatif « Le Trenel » représenté par Frédéric Bonhomme et toute son équipe.

Merci pour ces rencontres, ces moments de partage, leurs sourires et leur bonne humeur.
Nous ne pouvons pas finir ces remerciements sans un merci tout particulier aux responsables du lycée Charlemagne M. CHASTAGNOL et Mme HUET mais aussi et surtout Mme ROYER, directrice du CFPPA, qui n’a cessé de nous encourager et de nous porter dans ce projet.

Merci au directeur d’exploitation Mr OLIVIER pour nous avoir faciliter l’accès et l’usage du caveau du Lycée. Merci aussi à chef de culture Philippe GOMEZ qui a un instant mis de côté les vendanges pour nous faire une visite de la toute nouvelle cave du lycée et une dégustation des vinifications en cours.
Mais ce n’est pas fini… Merci Pierre, Annabelle, Walid, formateurs du CAPA Horti, pour nous avoir accompagnés et soutenus pendant toute cette organisation ; Merci à Christel, Emilie, Anne-Marie formatrices aussi mais dont les cours ont été revus et aménagés pour nous permettre de mener ce projet collectif jusqu’au bout du bout de la roue.

Afin de prolonger l’événement venez découvrir l’album photos sur la page facebook « Tour Alternatiba Carcassonne 2018 » ainsi que sur le site officiel du Tour https://alternatiba.eu/.

Et enfin pour les plus courageux, n’oubliez pas le rendez-vous le 6 octobre à Bayonne pour célébrer l’arrivée du tour Alternatiba 2018.



Les CAPA Horti

mardi 25 septembre 2018

Journée d'intégration des BPREA : Mission accomplie !

En ce vendredi 21 septembre, nos futurs exploitants agricoles sont partis à l’aventure ! Une journée de détente autour du lac d’Arques pour découvrir la région et instaurer une bonne entente et une dynamique de groupe entre les stagiaires et apprentis de nos deux sites de Carcassonne et Limoux.

Une carte, une boussole et en route pour l'aventure !

Les formateurs Pierre BONNET et Laurence DENAT avaient concocté pour l’occasion une série de parcours autour du lac d’Arques pour chacun des 6 groupes. Boussole et carte en main, nos stagiaires se sont lancés dans une course d’orientation pour trouver au détour des balises du circuit des indices sur l’histoire, la nature et la culture locales.
A la recherche des indices sur le patrimoine local

Une arrivée triomphale pour nos bons derniers !
 Au cours de ce jeu de piste, quelques missions supplémentaires ont été transmises, les
stagiaires devaient amasser de quoi réaliser un arc et une flèche, un animal totem de leur
groupe et cinq objets symbolisant les initiales du B.P.R.E.A. Chacun des groupes a rempli avec brio toutes les quêtes. Pour certain, ce fut plus compliqué que pour d’autres… Nous avons bien cru que le groupe bleu n’arriverait jamais ! Et c’est avec une haie d’honneur que nous avons accueilli nos retardataires. Bravo à eux pour leur ténacité !




Le CFPPA des Pays d’Aude offrait les grillades à la plancha et les stagiaires ont tous participé au repas. Une occasion de s’apercevoir des talents culinaires de certains d’entre eux. Le gâteau au chocolat de Sylvain et la tarte tatin de Quentin ont laissé de bons souvenirs pour nos papilles !


Après le repas, il a fallut départager tout ce petit monde avec le tournoi de tir à l’arc artisanal. Pas facile de choisir le bon bois pour assurer la souplesse de l’arme. Une mention spéciale pour l’arc de l’équipe jaune réalisé en figuier. L’équilibrage des flèches ne fut pas une mince affaire ! Un retour aux sources de la chasse où nous avons surtout attrapé des crampes aux zygomatiques !

Tir à l'arc artisanal
Afin de s’assurer que les indices avaient bien été trouvés et lus, ce fut l’heure du quizz ou rapidité d’esprit et d’action ont été mises à rude épreuve. Entre plongeons pour attraper le chapeau et éclats de rires, les bonnes réponses ont fusé en tous sens !


Chapeau bas pour toutes ces bonnes réponses au quizz !


Pour terminer, l’élection du meilleur totem a couronné l’adorable petite pomme du Renne. Il était amusant de constater cependant que la majorité des groupes a choisi le hérisson comme animal totem. L’alchimie entre nos BPREA semble avoir fonctionné !

collection de totems, après l'envol de la chouette...
Un grand BRAVO pour l’équipe Rose qui arrive en première place mais une chose est sûre : qu’il s’agisse des apprentis ou des apprenants, des Limouxins ou des Carcassonnais, tout le monde a gagné une journée pleine de complicité !

 

lundi 24 septembre 2018

Le Tour Alternatiba 2018 à Charlemagne !



Après avoir reçu l’étape du Tour de France cet  été, Carcassonne s’apprête  à  accueillir le Tour Alternatiba ce 26 septembre 2018. Rendez-vous à 11h aux Jardins du Chapître à Villalbe pour une vélorution vers le village des Alternatives organisé par les CAPA horticulture devant la cave du Lycée Charlemagne.

 



 
Ce mouvement citoyen pour le climat et la justice sociale sillonne la France depuis le 9 juin pour mettre en lumière sur chaque étape où le Tour s’arrête les initiatives locales qui proposent des alternatives concrètes en faveur de la justice environnementale et sociale.
Afin de mobiliser le public, Alternatiba se réunit autour de vélorutions une manière de manifester pacifiquement mais aussi de promouvoir l’utilisation du vélo comme moyen de transport non polluant. Chacun peut prendre sa bicyclette ou son tandem pour faire un bout de chemin avec le Tour.

Le groupe CAPA horticulture du CFPPA des Pays d’Aude et derrière lui tout l’EPL de Carcassonne s’est porté volontaire pour accueillir l’étape Carcassonnaise du Tour Alternatiba.

Charge à eux d’organiser le parcours de la vélorution à partir des jardins du Chapître jusqu’au lycée Charlemagne, de trouver et de contacter les associations locales qui œuvrent pour un changement des mentalités et des habitudes en faveur du climat. Une occasion pour le grand public de découvrir qu’il est possible d’agir de chez soi par de petits gestes, tel le colibri pour changer les choses à plus grande échelle

Il était essentiel aussi de recueillir le soutien de  la Mairie de Carcassonne et de la Communauté d’Agglo pour cette journée. Une occasion d’échanger et de communiquer sur les projets d’aménagement, les politiques de gestion de l’eau et le vivre ensemble.
Du côté des associations, nos futurs maraichers et horticulteurs férus d’agroécologie ont choisis de mettre en valeur le consommer local et éthique :

  • « La Ruche qui dit oui » qui s’apprête à ouvrir une nouvelle ruche à Charlemagne nous parlera des bienfaits du circuit-court pour le tissu économique local et la santé de chacun.
  • « Les Petits Débrouillards » dont la mission principale est d’enseigner de façon ludique des manières de produire et de consommer vers une transition écologique de la société.
  • « Graines de paysans » qui met à disposition à Carcassonne aux jardins du Chapître un espace test en agriculture biologique pour aider les agriculteurs à mieux préparer leur future installation.

D’autres associations comme Hache –Paille ou Lena seront présentes pour nous parler de leurs initiatives alternatives en matière d’outillage et d’écopaturage.
Les associations de cyclisme Carcassonnaises comme Carca Vélo et le Biclou sont elles aussi conviées afin de promouvoir leur mode de transport fétiche, un mode de déplacement propre et excellent pour la santé.
Bref, un village des alternatives placé sous le signe de la convivialité et du consommer responsable et local car c’est aussi ainsi qu’on change le système et non le climat.



Programme de la journée du 26 septembre 2018


LA VELORUTION
11H00 : Rendez-vous  au rond-point du « Chapitre » à Villalbe
11H30 : Départ de la Vélorution
13h : Arrivée au Lycée Charlemagne pour un pique-nique « tiré du sac ».Objectif  zéro
déchet, donc prévoyez vos couverts.

LE VILLAGE DES ALTERNATIVES
10H à 16H : De nombreuses associations locales seront  là pour présenter leurs actions et
leurs solutions alternatives.
Toute la journée : Jeux, animations, démonstrations et  conférences….

vendredi 7 septembre 2018

Dérèglement climatique : Quelles alternatives ?



L’urgence est de réduire  les émissions de gaz à effet de serre et lancer un mode de vie plus respectueux du climat. Agroécologie et respect de l’environnement, recyclage, limitation des déchets, de nombreuses alternatives existent et se généralisent !

 

L’Agroécologie comme nouveau modèle agricole

L’agro-écologie est une façon de concevoir des systèmes de production qui s’appuient sur les fonctionnalités offertes par les écosystèmes. Elle les amplifie tout en visant à diminuer les pressions sur l’environnement (ex : réduire les émissions de gaz à effet de serre, limiter le recours aux produits phytosanitaires) et à préserver les ressources naturelles. Il s’agit d’utiliser au maximum la nature comme facteur de production en maintenant ses capacités de renouvellement.

Elle implique le recours à un ensemble de techniques qui considèrent l’exploitation agricole dans son ensemble. C’est grâce à cette approche systémique que les résultats techniques et économiques peuvent être maintenus ou améliorés tout en optimisant les performances environnementales.

L’agro-écologie réintroduit de la diversité dans les systèmes de production et restaure une mosaïque paysagère variée et plus riche (ex : diversification des cultures et allongement des rotations, implantation d’infrastructures agro-écologiques...) et le rôle de la biodiversité comme facteur de production est renforcé, voire restauré. (Source : agriculture.gouv.fr)

La Modification de nos habitudes alimentaires

Opter pour une consommation plus éthique et responsable au quotidien : Cela signifie prendre conscience que les techniques de production intensive ravagent les terres et nos cultures. Suites aux différents scandales alimentaires notamment autour de la viande, les mentalités sont en train d’évoluer. Les consommateurs sont de plus en plus regardants quant aux modes de productions de leurs aliments. Ainsi, de plus en plus de gens préfèrent acheter de la viande locale. De leurs côtés, les agriculteurs développent la vente par circuits-court une bonne occasion pour apprendre à consommer d’autres aliments et différemment.

Cette demande croissante vers une alimentation locale et de saison est d’ailleurs devenue un mouvement à part entière. Les Locavor prônent en effet la consommation de nourriture produite dans un rayon restreint autour de son domicile. Ce qui signifie acheter des produits aux producteurs locaux, privilégier les produits frais et de saison, limiter le gaspillage alimentaire et favoriser le maintien des populations sur le territoire

Le recyclage

Face à l’épuisement des ressources il est nécessaire aussi de recycler au maximum les ressources utilisées notamment dans la production agricole

La méthanisation est un procédé très utilisé dans l’agriculture, mais également dans le traitement des biodéchets, celui des boues d’épuration urbaines et de certains effluents industriels. La méthanisation est parfois appelée digestion anaérobie. La méthanisation présente de nombreux avantages :

  • une double valorisation de la matière organique et de l’énergie ; c’est l’intérêt spécifique à la méthanisation, par rapport aux autres filières
  • une diminution de la quantité de déchets organiques à traiter par d’autres filières ;
  • une diminution des émissions de gaz à effet de serre par substitution à l’usage d’énergies fossiles ou d’engrais chimiques ;
  • un traitement possible des déchets organiques graisseux ou très humides, non compostables en l'état ;
  • une limitation des émissions d’odeurs du fait de digesteur hermétique et de bâtiment clos équipé de traitement d’air.

Le recours au compostage, un procédé de transformation de matières fermentescibles, très utilisé aussi bien dans le milieu agricole que chez les particuliers permet d’amender les sols en améliorant leur structure et leur fertilité tout en réduisant la production de déchets.

A l’échelle individuelle il existe de nombreuses façons de réduire sa production de déchets notamment en trouvant des alternatives aux plastiques, en préférant les produits en vrac plutôt que les produits sur-emballés

Les Transports

Voiture électrique, vélo électrique, transport en commun et covoiturage : Le transport écologique réduit considérablement les dépenses en carburant. Le transport écologique a pour objectif de réduire les émissions de gaz polluants et nos dépenses en carburant. En effet, l'utilisation massive de l'automobile est néfaste pour notre santé et notre environnement. Pour ce faire plusieurs types de transport durable ont été mis en place comme : le transport collectif, le transport vert (vélo, marche à pied), l'autopartage, etc.

 

Logements

Le secteur de l’habitat représente près de la moitié de l'énergie consommée en France et plus du cinquième de l’émission des gaz à effet de serre. Recourir à l'éco-construction permet une baisse de la consommation énergétique grâce à une meilleure isolation, l'utilisation des énergies renouvelables telles que l’énergie solaire, le stockage et la réutilisation des eaux de pluie et la géothermie. Les solutions sont multiples et variées pour faire de nos logements des maisons passives respectueuses de l'environnement et peu gourmandes en énergie.


L’arrêt de la déforestation mondiale

Les bénéfices en seraient nombreux :
  • Protection des sols
  • Hausse de la biodiversité
  • Baisse des catastrophes naturelles
  • Amélioration des ressources en eau
  • Captage du Dioxyde de Carbone

Energie renouvelable et captage du CO2

Le CO2 rejeté par les industries est souvent très peu concentré. Il représente en général moins de 20% du volume des fumées, composées notamment d’oxygène, de vapeur d'eau ou d’azote. L’objectif n’étant pas de stocker l’ensemble des fumées (les coûts associés et le volume de stockage ne sont pas envisageables), des méthodes de séparation sont nécessaires pour pouvoir capter spécifiquement le CO2.

3 principales techniques de captage : Plusieurs procédés industriels de captage existent, en fonction de la nature des fumées à traiter (composition, température, pression). Ils relèvent de trois catégories principales :

Captage postcombustion

L’objectif est d’extraire le CO2 dilué dans les fumées de combustion. Ce procédé peut s’intégrer aux installations existantes, en tenant compte de la place disponible au sol et des modifications de rendement induites.

Captage par oxycombustion

Il s’agit de produire une fumée concentrée en CO2 en modifiant le procédé de combustion qui repose sur l’utilisation d’oxygène pur à la place de l’air.

Captage précombustion

Avec ce type de procédé, l’objectif est de produire et de capter le CO2 avant même la phase de combustion.

Ainsi, à l'échelle individuelle il est possible d'agir en modifiant ses habitudes et en choisissant ce que l'on achète pour privilégier et encourager des modes de production responsable.

Les CAPA Horti